Advanced Search عر بية| Español| Français| Русский

Children and Violence microsite

CRIN - Child Rights Information Network

Campaigns

Find out about the different campaigns we are working on.

Resources

Children & violence related news, reports, events and CRINMAILs.

The UN Study

on Violence against Children and 12 key recommendations

Legal Database

Searchable database of laws related to children’s rights.

Formes de violence : **Violence des gangs**

18/11/2011  | Child Rights International Network


Link: http://www.crin.org/violence/search/closeup.asp?infoID=9331


Document: http://www.crin.org/docs/GangViolenceFR.doc


Quest ce que la violence des gangs ?

Selon l
Etude de lONU sur la Violence contre les enfants (UNVC, 2006 : 305), « dans beaucoup dendroits dans le monde, les gangs constituent un facteur important de violence entre et sur les enfants».  

La plupart des pays enregistrent un certain degré de violence des gangs. Les gangs ont tendance à agir dans ou à proximité des écoles, même lorsque leurs membres ne sont pas écoliers. En plus de la violence contre les enfants non affiliés aux gangs, les membres qui déçoivent le gang risquent également dêtre victime de cette violence, si par exemple, ils désobéissent à un ordre donné par le chef, ou sils violent une règle intérieure. Bien que la majorité des membres soient de sexe masculin, les gangs sont constitués de garçons et de filles. Cela reflète la croyance répandue que lagressivité physique et verbale est saine et normale, ou même « nécessaire » au bon développement de lhomme.

Létude (UNVC, 2006: 306) souligne que les garçons rejoignent les gangs pour diverses raisons :

« Dans certains cas, labsence déducation et de soutien affectif chez eux peut pousser de jeunes adolescents à devenir membres de gangs, dans dautres cas, laffiliation à un gang est le seul moyen de devenir autonome ou de se sentir en sécurité. Aux USA, une étude ethnographique des écoliers immigrants mexicain et dAmérique centrale a montré que ces derniers rejoignent des gangs pour trouver une identité culturelle positive en tant que Latinos alors quils se sentent menacés par les stéréotypes négatifs ».

Limplication des enfants dans des groupes armés organisés qui agissent en dehors des zones de guerres définies, à savoir, les organisations de crimes organisés (trafic de drogue), de milices ethniques ou religieuses, groupe vigilante (auto-justicier), et des organisations militaires, est particulièrement inquiétante. Létude montre que « les enfants qui travaillent pour des groupes armés sont directement impliqués dans des actes de violence, tels que le meurtre dautres membres du groupe et de tiers non affiliés (UNVC, 2006 : 306).

Cependant, la plupart des gangs ne correspondent pas au stéréotype décrit par les politiciens et les médias en Europe et Amérique du Nord qui, par exemple, présentent les gangs de rue comme étant de grandes entités bien organisées, et très violentes qui ont mainmise sur les voisinages (Klein et al., 2006). Les types dactions entreprises par les gangs et leur composition varient significativement de pays en pays. En règle générale, aux Etats-Unis, une grand part de la recherche sur les activités des gangs a été réalisée, les victimes de meurtres commis par des gangs sont dautres membres de ce gang. Les excès des médias et des programmes communautaires alimentent les craintes au sein des communautés face aux gangs (Klein et Maxson, 2006). Une étude comparative européo-américaine a montré que les activités liées aux gangs de rue en Europe « sont moins sévères et ont une moindre létalité » quaux US. La forme de violence la plus commune chez les gangs européens semble être les luttes physiques (Klein et al., 2006).

Néanmoins, lappartenance à un gang de rue est normalement associée à une forme de comportement violent, et si lon en croit létude européo-américaine citée ci-dessus, par cette appartenance, les membres ont plus de chances davoir recours aux armes.

Il est important de reconnaître quau Royaume-Uni, par exemple, les « paniques morales » liées à la prévalence de cas de violence commise en gangs sont alimentées par les rapports médiatiques, les craintes publiques et la rhétorique politique. Tout ceci contribue à faire naître une méfiance générale des jeunes. Il a été prouvé que cette méfiance sintensifie en raison des croyances stigmatisantes et les attitudes discriminantes en particulier, par exemple, envers les enfants et les jeunes qui portent un certain type de vêtements ou qui se comportent dune certaine façon, laissant croire, à tort, aux adultes quils font partie dun gang. Ce problème est présenté en plus de détail sur le micro site de CRIN sur la non-discrimination.

 

Comment lutter contre ?

Selon lEtude de lONU, les tactiques dapplication de lois répressives, utilisées par de nombreux gouvernements pour combattre la participation des enfants dans les conflits organisés et armés, sont inefficaces pour de nombreuses raisons, à savoir :

  • Elles nabordent pas le problème à la racine ;

  • Dans la majorité des pays touchés par ce problème, la justice pour mineurs et le système pénal ne sont pas adéquats et aggravent le problème ;

  • Les groupes armés ont tendance à devenir plus organisés et de plus en plus violents lorsquils sont confrontés uniquement à des tactiques répressives.

Certains pays dAmérique latine ont adopté des mesures répressives et des réformes législatives qui, dune part, « vont à lencontre des principes des droits de lHomme, et qui dautre part, ont des effets négatifs sur les niveaux de violence et sur lorganisation des gangs de jeunes

Ladoption de stratégies de sécurité, centrées sur des mesures répressives, est marquée par une rhétorique sévère, la négligence de mesures préventives à long terme et labsence de données visant à guider et à déterminer limpact de telles stratégies » (UNVC, 2006 : 307).

Lors dune visite en Amérique centrale, par exemple, lexpert indépendant sur la violence contre les enfants a montré que des adolescents se trouvaient en détention sur un soupçon dappartenance à un gang, car ils étaient tatoués ou portaient des signes distinctifs. Qui plus est, « des arrestations à grande échelle de membres présumés de gang ont également contribué à laugmentation de la population dans des centres de détentions déjà bien pleins. Ceci a provoqué des conflits violents au sein de ces établissements. Ces institutions exposent aussi les jeunes détenus aux réseaux des gangs, ainsi les liens internes de gangs et les rivalités entre les groupes ennemis augmentent » (Ibid).

Dans ses observations conclusives à lintention du Salvador en 2010, le Comité des droits de lenfant a relevé lapproche répressive utilisée par le passé pour combattre les gangs des « Maras » par le gouvernement et a recommandé un nombre dinterventions à suivre pour lutter contre ce problème.

Le CRIN a également fait rapport d'une critique envers une « loi anti-gang » au Honduras.

Létude de lONU conclut que « la pression continue exercée par les agences internationales de protection de lenfant doivent se concentrer sur léradication de toutes les législations de ce type qui placent certains mineurs sous des régimes juridiques plus durs par rapport à dautres mineurs » (UNVC, 2006 : 307). Cette étude souligne que les stratégies utilisées pour lutter contre la violence chez les jeunes doivent être développées selon des données fiables.

En règle générale, les programmes et politiques devront sattaquer au spectre complet de facteurs sociaux, économiques et politiques qui mène à la marginalisation des jeunes et au développement de la culture du gang.

Pour plus dinformation sur les enfants et la violence en gang, cliquez ici.


Références

Klein M., Weerman F., and Thornberry T. (2006), ‘Street Gang Violence in Europe’, European Journal of Criminology, Vol. 3 (4): 413–437.

Klein, M. W. and Maxson, C. L. (2006), Street gang patterns and policies, Oxford: Oxford University Press.


L
étude du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence contre les enfants (2006). Accessible ici : http://www.unviolencestudy.org/